Warning: session_start() expects parameter 1 to be array, string given in /home/clients/bd9516e1450e22d7853baa3edf932006/web/wp-includes/class-wp-hook.php on line 292
Mobilité électrique – SCD Serpelious de Centre-Droite
borne_c1_focus

Mobilité électrique

Constat: Même en tenant compte des objectifs et actions déjà entreprises afin de développer la desserte en transports publics, le transport individuel devrait toujours constituer un moyen privilégié par les habitants de notre commune dans les décennies à venir. En parallèle les objectifs annoncés de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de réduction de la consommation d’énergies fossiles devraient logiquement conduire à un net recul, voire à l’abandon des moteurs dit “thermiques” à essence ou diesel pour la propulsion des véhicules individuels.

Que fait l’exécutif communal pour accompagner ce mouvement? Il a fallu une motion soutenue avec succès de notre collègue Quentin Bizzo, conseiller communal, pour que finalement en 2021 se mette en place une subvention à l’achat de vélos électriques. Et ce en lien avec la perception d’une taxe sur la consommation d’électricité des ménages destinée à alimenter un fond “développement durable”. Mais rien pour le transport individuel.

Qu’ont fait les SCD durant la législature écoulée? Qui dit abandon du moteur thermique pour les voitures dit, aujourd’hui, adoption du moteur électrique, éventuellement du moteur à hydrogène. Compte tenu de la situation actuelle et des annonces des grands constructeurs, il est évident que le moteur électrique va jouer un rôle prépondérant. Mais si le mode de distribution de l’essence est bien connu, il n’est pas du tout certain que des “stations-service recharge électrique” puissent remplacer à terme les stations essence. Principalement à cause de la durée de recharge des batteries. Aujourd’hui les automobilistes rechargent à domicile, sur le lieu de travail, à des bornes spécifiques. En supposant que cela soit toujours le cas dans le futur se pose à notre sens la question suivante: comment le réseau de distribution électrique qui alimente nos immeubles aujourd’hui se comportera-t-il lorsque 50% ou plus du parc automobile sera électrique? En effet cela représentera une consommation très accrue par rapport à aujourd’hui et il n’est pas du tout certain que le réseau actuel, les câbles sous nos rues et les stations qui les alimentent, puisse fournir en tout temps cette énergie. C’est pourquoi en février 2019, Remy Pache, conseiller communal, déposait un postulat demandant à la Municipalité de se pencher sur la question pour présenter un rapport “sur l’ensemble des mesures à prendre sur le territoire communal par nos autorités, y compris en collaboration avec des partenaires publics ou privés, permettant aux habitants d’aborder dans les meilleures conditions et aussi rapidement que possible le virage de la mobilité individuelle automobile électrique”.

Que s’est-il passé ensuite? Rien, ou si peu. Le postulat renvoyé à la Municipalité, cette dernière a demandé sans succès un crédit de 84’000 francs (!) pour financer une étude sur la mobilité électrique, l’obligeant ainsi à répondre avec les moyens humains et financiers à sa disposition. Puis au début 2020, la Municipalité pond un papier qu’elle appelle “rapport” dans lequel elle dit qu’elle a déjà prévu un budget de 20’000 francs pour l’installation de bornes pour la recharge des véhicules électriques sur le territoire public. Et que faute de compétence et de moyens financiers additionnels cela constitue sa réponse au postulat en question. Circulez, il n’y a plus rien à voir! La commission qui a traité cette “réponse” a estimé, unanime (3 commissaires ASSE, 2 SCD), que cela ne constituait qu’une petite partie de la réponse au postulat, et a finalement recommandé le refus du document. Mais en séance du Conseil, le groupe ASSE n’a pas voulu œuvrer dans ce sens, et contre l’avis de ses propres commissaires a provoqué l’acceptation du rapport, enlevant ainsi une épine dans le pied de sa conseillère municipale.

Et pourtant … et pourtant la commission avait montré la voie raisonnable pour traiter le postulat: La distribution de l’électricité à Saint-Sulpice est assurée par les Services Industriels de la Ville de Lausanne (SIL). Le développement de la mobilité électrique, en particulier des voitures électriques, est désormais  clairement un objectif de cette ville. Donc on peut raisonnablement penser que des échanges avec les SIL auraient permis de clarifier la question des travaux à entreprendre et du calendrier pour permettre au réseau de distribution électrique d’assurer son rôle dans ce contexte. Ensuite, à l’instar de quelques villes, on aurait pu étudier si une modification du règlement de construction était souhaitable afin de prévoir les raccordements pour les véhicules électriques dans les parkings d’immeubles d’habitation et de bureaux. La commission recommandait aussi de contacter des entreprises spécialisées pour se renseigner sur l’installation et l’exploitation des bornes de recharge pour voitures et vélos électriques.

Chez les SCD nous n’avons pas la prétention de vouloir faire bannir les moteurs thermiques à terme – nous ne sommes pas la Municipalité lausannoise – mais désirons inciter et faciliter cette transition dans les meilleurs délais. Et sans forcément de coûteuses mesures pour les finances publiques, car les partenariats public-privé peuvent très bien fonctionner dans le domaine.

Partagez cette publication

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email